Chat with us, powered by LiveChat

Le domaine de la famille Maryland

09 juillet, 2020

La villa Maryland est l’une des plus grandes réalisations de la presqu’île de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Cette maison est le chef-d’œuvre d’Harold Peto, un architecte anglais dont on ne célèbre que trop souvent les talents de paysagiste. Quel que soit l’angle sous lequel on la regarde, cette illustre villa de dix-huit pièces, avec sa terrasses et ses piliers de marbres rouges, n’est jamais massive. Harold Peto a en effet su se servir de la lumière pour perfectionner ses œuvres.

Le terrain de cette villa est ouvert sur les deux rivages de la presqu’île et possède une dizaine d’oliviers multi centenaires. De la plupart des pièces de la maison, on peut voir les vénérables oliviers qui ont survécu au tempêtes et travaux.

« Le désir de les conserver a fait que les axes des fenêtres ont du prendre des directions particulières  déterminant ainsi l’établissement des allées du jardin » explique Harold Peto.

Il a su s’accommoder de l’invraisemblable configuration du terrain, dessiner une maison, l’inclure dans son espace, tracer parcs et jardins. Peto as tout imaginé , tout dessiné, puis a bâtit ce domaine. Il a entièrement bâtit cette maison car il savait tout faire

Toujours avec goûts, mesure et originalité, comme l’attestent déjà plusieurs de ses cottages à Kensington ou Chelsea, ou plus près, la villa Sylvia sur le versant ouest du Cap Ferrat. La propriété a accueilli de nombreuses personnalités très célèbres du monde entier tel que : M.Winston Churchill, le troisième fils de la reine Victoria, le roi Édouard VII, la duchesse de Sunderland,   

La propriété a été mise en vente en 1952 et c’est un industriel Suisse qui l’acquiert. Puis en 1994 un milliardaire américain très connu achète Maryland. Cinq ans plus tard, il l’a fait restaurer. Il y ajoute un parking, fait moderniser la piscine et tous les équipements. Comme le marbres cramoisi n’est plus à la mode, la carrière dont il provient a fermée depuis des décennies. L’entreprise de restauration la retrouve, la fait rouvrir et fait tailler de nouvelles colonnes de marbres à l’identique.   

 

Credentials to; 
Saint-Jean-Cap-Ferrat, Billingial Edition by Pierre Devoluy & Jean-Jacques Pangrazi